Séparation des condensats en phase liquide dans les bactéries grâce à l'ATP

B. Guilhas, J.C. Walter, J. Rech, G. David, N.-O. Walliser, J. Palmeri, C., Mathieu-Demaziere, A. Parmeggiani, J.Y. Bouet, A. Le Gall1, M. Nollmann

Les états séparés en phase liquide-liquide (LLPS) sont essentiels pour compartimenter les composants en l'absence de membranes, mais il n'est pas clair si les condensats LLPS sont activement et spécifiquement organisés dans l'espace sous-cellulaire et par quels mécanismes. Nous abordons ici cette question en nous concentrant sur le système de séparation de l'ADN ParABS, composé d'une séquence de type centromérique (parS), d'une protéine de liaison à l'ADN (ParB) et d'un moteur (ParA). Nous montrons que les parS-ParB s'associent pour former des condensats ronds de la taille d'un nanomètre. Les molécules de ParB diffusent rapidement dans le volume du nucléoïde, mais présentent des mouvements confinés lorsqu'elles sont piégées dans les condensats de ParB. Les molécules ParB individuelles sont capables de diffuser rapidement entre différents condensats, et la nucléation est fortement favorisée par parS. Notamment, le moteur ParA est nécessaire pour empêcher la fusion des condensats ParB. Ces résultats décrivent un nouveau mécanisme actif qui divise, sépare et localise les condensats LLPS non canoniques dans l'espace sous-cellulaire.

Text complet: https://doi.org/10.1101/791368

Actualités CNRS: https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/comment-la-separation-de-phases-aide-la-segregation-du-materiel-genetique

MolCell2020

Connexion